Soutenance de la thèse de Thiébaut Lucie

15 décembre 2017

titre : Approche surfacique en IRM fonctionnelle cérébrale : projection corticale par résolution d’un problème inverse"


Soutenance le 15 Décembre 2017 à 13h30

Amphithéâtre de la faculté d’odontologie du campus de la Timone (http://www.int.univ-amu.fr/contact)

Composition du jury :

  • Rapporteurs : Michel Dojat (GIN), Philippe Ciuciu (NeuroSpin)
  • Examinatrice : Sophie Achard (GIPSA-lab)
  • Invitée : Caroline Chaux-Moulin (I2M)
  • Co-directeurs de thèse : Olivier Coulon (LSIS), Sylvain Takerkart (INT), Timothé Boutelier (Olea Medical)

Résumé : Cette thèse traite d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) cérébrale. Jusqu’à présent, cette modalité est principalement employée dans le domaine des neurosciences dans le but d’étudier les processus cognitifs et la relation entre anatomie et fonction. L’emploi de l’IRMf est toutefois restreint en comparaison des perspectives qu’elle offre. En effet, trois caractéristiques intrinsèques au signal observé en IRMf posent problème. D’abord, le signal ne constitue pas l’observation directe de l’activité cérébrale. Il en résulte un flou temporel ne permettant pas la localisation temporelle précise de l’activité neuronale. Ensuite, seules les variations temporelles du signal IRMf déterminent la présence ou l’absence d’une telle activité. Or ces fluctuations sont faibles vis-à-vis de l’amplitude du signal et du bruit. Enfin, de nombreuses ambiguïtés de localisation spatiale existent, et cela particulièrement au niveau du ruban cortical du fait de ses nombreuses circonvolutions. Plusieurs approches proposent, en conséquence, d’étudier les données IRMf sur la surface corticale. Toutefois, toutes se basent sur des méthodes directes d’interpolation ou de « rétro-projection », omettant ainsi que le signal d’intérêt acquis est originaire du ruban cortical. L’originalité du travail réalisé durant cette thèse consiste à considérer le problème de projection comme un problème inverse. La méthode procède alors simultanément à la projection surfacique, et à la restauration des propriétés spatio-temporelles d’origine des données fonctionnelles sur la surface.

CNRS logo université Aix Marseille logo | plan du site | mentions légales | contact | admin | intranet | intcloud |