soutenance de la thèse de Jaouen Alexandre

18 décembre 2017

titre : Etablissement d’un protocole haut débit d’acquisition et d’analyse d’images pour les études précliniques par microscopie bi-photonique intravitale multispectrale :-application à l’étude de la neuroinflammation provoquée par un modèle murin de sclérose en plaque.-


Soutenance le 18 Décembre à 13h

Salle de conférence de Cérimed

Jury :

  • Pr Denis Vivien
  • Dr Darine Abi Haidar
  • Dr Olivier Raineteau
  • Dr Fabrice Schmitt
  • Dr Geneviève Rougon
  • Dr Franck Debarbieux (Directeur de thèse)

Résumé : La sclérose en plaques (SEP) est une maladie chronique, auto-immune et neurodégénérative qui se traduit par l’apparition de plaques inflammatoires démyélinisantes disséminées dans le système nerveux central (SNC). Pour caractériser à une échelle cellulaire l’engagement de la réponse immunitaire innée et la dynamique des processus associés, j’ai d’une part développé des outils d’imagerie optique non linéaire multispectrale intravitale, et des solutions semi automatisées d’analyse de gros volumes d’images. D’autre part, j’ai participé à la mise au point d’un protocole d’identification précise des phénotypes cellulaires immunitaires en cytométrie de flux. Ces outils appliqués à l’étude de l’encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE), un modèle murin de SEP, ont permis d’analyser finement la cascade immunitaire par immunomarquages membranaires et marquages fluorescents transgéniques, de décrire les distributions des populations cellulaires marquées dans le SNC, et surtout de corréler la dynamique de leur évolution à l’intégrité des neurones sur des échelles de temps allant de la seconde à la semaine. Sur une lignée de souris triplement transgénique, Thy1-CFP//Cd11c-EYFP//LysM-EGFP, établie pour l’étude de la neuroinflammation du SNC, j’ai suivi par microscopie biphotonique l’évolution des densités de cellules fluorescentes dans une même région de la moelle épinière pendant plusieurs semaines. J’ai ainsi pu conclure que la dégénération axonale et les déficits moteurs sont corrélés avec l’infiltration par les méninges dans le parenchyme de neutrophiles et monocytes. Ceux-ci migrent sur la paroi externe des vaisseaux pour se disséminer et gagner les plaques inflammatoires où ils s’accumulent. Les monocytes se différencient in situ en cellules dendritiques d’origine monocytaire (moDCs) parallèlement au recrutement de la microglie activée. Ces événements cellulaires, en particulier la maturation des moDCs sont corrélés avec la résorption de l’inflammation et la réduction des déficits moteurs. La méthodologie est aujourd’hui en place pour poursuivre ces investigations sur d’autres animaux exprimant d’autres populations cellulaires fluorescentes ou pour l’analyse des effets d’une délétion génétique sélective des moDCs par exemple. L’optimisation du microscope pour l’excitation multicouleur m’a aussi permis d’accéder simultanément au contraste endogène CARS pour visualiser la gaine de myéline. Cette avancée méthodologique permettra de clarifier si les lésions de l’axone précèdent ou succèdent à la perte de myéline et de préciser les interactions spatio-temporelles de ces structures avec les sous-populations de cellules immunitaires.

CNRS logo université Aix Marseille logo | plan du site | mentions légales | contact | admin | intranet | intcloud |