recherche clinique

26 janvier 2012

L’INT est très investi dans la recherche clinique


- L’INT s’intéresse aux maladies du système nerveux qui sont des maladies fréquentes, souvent sévères et diverses dans leurs manifestations et leur origine. Les chercheurs et cliniciens de l’INT se sont focalisés sur le handicap lié aux traumatismes (lésion de la moelle épinière), les maladies neurologiques (maladie de Parkinson et autres maladies neurodégénératives), les maladies psychiatriques (addiction, autisme, dépression schizophrénie, stress post-traumatique,) et les déficits des organes des sens (déficiences visuelles ou auditives).

- Comprendre ces pathologies dans leur intégralité, des mécanismes physio-pathologiques jusqu’à la recherche clinique et la prise en charge représente un défi global. Pour répondre à ce défi, il est indispensable de développer des recherches intégratives pour approfondir nos connaissances des grands systèmes fonctionnels (moteurs, sensoriels, motivationnels et émotionnels) en liant les différents niveaux d’approche, du neurone au comportement.

- L’imagerie, la neurophysiologie in vivo permettent maintenant d’étudier le fonctionnement cérébral à ces différentes échelles, de casser le code neuronal sous-tendant les comportements et enfin d’interagir avec ce cerveau via des techniques de biologie moléculaire ou les interfaces cerveau-machine. La spécificité de l’INT est de porter l’effort sur cette démarche intégrative afin d’élaborer de nouvelles stratégies thérapeutiques ou de prise en charge.


L’INT est en relation avec plusieurs Pôles cliniques

- Pôle de Psychiatrie

Les services de psychiatrie de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille travaillent en étroite collaboration avec l’INT. Ainsi, les deux pôles de psychiatrie sont activement engagés : le Pôle de Psychiatrie Centre avec ses trois services de psychiatrie adulte, son service d’urgences psychiatriques et la cellule d’urgence médico-psychologique ; et le Pôle Universitaire de Psychiatrie, incluant trois services de psychiatrie adultes et deux services de psychiatrie infanto-juvénile. Cette recherche porte sur des axes fondamentaux et transversaux des pathologies mentales en particulier l’étude :
- des interactions sociales, singulièrement annhilées dans les troubles autistiques ou la schizophrénie,
- des processus émotionnels et affectifs, au cœur de la plupart des troubles psychiatriques, comme par exemple les troubles bipolaires, la dépression et les troubles anxieux,
- des altérations cognitives et l’impulsivité, notamment dans le trouble hyper-actif avec déficit de l’attention,
- la réaction de l’organisme face aux facteurs de stress, tout particulièrement étudiés par exemple dans le syndrome de stress post-traumatique.

L’accent est mis sur une approche transversale, associant recherche fondamentale, neuroimagerie et évaluations cliniques, ainsi qu’une approche développementale portant sur le dépistage et le suivi des enfants et individus à risques. L’attention est également portée sur les débouchés thérapeutiques, tant sur le plan pharmacologique que psychothérapeutique.

-Pôle de neurosciences cliniques

Le pôle de Neurosciences cliniques a été l’un des premiers crées à l’AP-HM. Pôle thématique multi site, sa conception a obéit d’avantage à une logique scientifique et universitaire qu’à une vision administrative ou comptable. Le pôle rassemble l’ensemble des services de neurologie, neurochirurgie et neurophysiologie clinique de l’institution. Actuellement présent encore sur les 4 hôpitaux marseillais, ses objectifs sont de se restructurer sur 2 sites : centre Timone et nord. Déjà actuellement l’hôpital de la Timone est le centre névralgique du pôle. En particulier, tous les services de neurologie y sont rassemblés, couvrant l’ensemble des grands domaines de la pathologie du système nerveux : maladies neuromusculaires (J Pouget), neuropsychologie et maladie d’Alzheimer (M Ceccaldi), scléroses en plaques et accidents vasculaires cérébraux (J Pelletier) et maladie de Parkinson et pathologie du mouvement (JP Azulay). La neurochirurgie est présente sur 2 sites : la Timone où un service s’est spécialisé dans la neurochirurgie du rachis, des tumeurs cérébrales et de l’hypophyse ( H Dufour), l’autre étant l’un des premiers services en France à pratiquer la chirurgie fonctionnelle en particulier de l’épilepsie et de la maladie de Parkinson et à traiter 2 machines gamma-knife (J Regis). A l’hôpital nord, sont pris en charge les traumatismes cérébraux et médullaires et l’otoneurochirurgie (PH Roche). La neurophysiologie clinique présente sur les 4 sites prend en charge sur la Timone outre les explorations de routine, les épilepsies et en particulier la chirurgie de l’épilepsie. Aux frontières de la recherche et de la clinique, le laboratoire dispose également d’une MEG. Le site de la Timone dispose ainsi d’une forte concentration de services cliniques, d’un plateau technique d’explorations de très haut niveau en particulier d’imagerie qui va encore se développer avec l’ouverture du CERIMED et de la proximité de nombreux laboratoires de recherche INSERM et CNRS avec lesquels chacune des structures du pôle a établi des liens en relation avec ses thèmes spécifiques de recherche. La volonté du pôle est de renforcer les collaborations déjà solides et anciennes entre cliniciens et chercheurs dans le domaine de la recherche et de l’enseignement. Le pôle a ainsi accepté de recevoir en stage des étudiants des cursus de recherche afin de leur faire découvrir l’activité de soins et de nombreux étudiants en médecine font leurs stages de Master et leurs travaux de recherche dans les laboratoires de neurosciences marseillais. Le projet est également de créer au cœur de l’hôpital des plates formes de recherche clinique largement ouverts aux chercheurs mais aussi aux partenaires du privé. Un projet de plate forme tourné vers l’exploration de la motricité est déjà très avancé. Toutes les conditions matérielles semblent donc réunies pour que les Neurosciences cliniques et fondamentales marseillaises puissent collaborer au plus haut niveau et devenir l’un des principaux acteurs au niveau national et international du domaine.

-Pôle Tête et Cou / Service ophtalmologie

La perte des informations sensorielles, lorsque par exemple les organes périphériques des sens dysfonctionnent, entraine des handicaps sévères qui impactent tous les aspects du comportement. Les collaborations entre chercheurs et cliniciens de l’INT permettent d’explorer de nouvelles perspectives thérapeutiques. Par exemple, nous testons chez l’animal l’efficacité de prothèses rétiniennes qui visent à remplacer l’information visuelle périphérique lorsque la rétine est endommagée comme par exemple dans le cas de la Dégénérescence Maculaire liée à l’Age (DMLA). Nous cherchons à mieux comprendre leur efficacité en mesurant les activités corticales, et les comportements oculaires, induits par de telles stimulations.

Ces recherches sont conduites en collaboration avec le CEA/LeTi (Grenoble) et l’Institut de la Vision (Paris). Le service d’ophtalmologie mène aussi des recherches cliniques sur les conséquences fonctionnelles des atteintes cornéennes et les greffes de cornées. Nous étudions leur conséquences vasculaires et neuronales ainsi que les propriétés optiques du greffon, notamment par imagerie in vivo. Ces travaux sont conduits en collaboration avec des laboratoires de Physique et d’Optique (Institut Fresnel, LP3). Dans le futur, l’INT vise à développer des nouvelles collaborations avec les services d’ophtalmologie pédiatrique ou encore avec les différents services d’ORL pour étudier les conséquences fonctionnelles des pertes d’audition.

- Pôle Médecine physique et réadaptation Le pôle de Médecine Physique et de Réadaptation (MPR) est un pole hospitalo-universitaire présent sur tous les sites hospitaliers de l’assistance publique des hôpitaux de Marseille et dont les activités de soins, d’enseignement et de recherche se situent dans le domaine du handicap moteur lié à des atteintes des systèmes nerveux et musculo-squelettique. L’accident vasculaire cérébral est la première cause de handicap acquis chez l’adulte (aphasie, hémiplégie). Un des premiers objectifs, après la phase aigue est de récupérer la meilleure motricité possible en termes de préhension et de contrôle de la posture et de la marche. L’axe principal de recherche clinique du pôle de MPR concerne le contrôle de la posture et du mouvement chez les patients post-AVC. Plusieurs domaines ont été étudiés : l’initiation de la marche (phase de transition entre la posture et la marche), le contrôle postural en situation de double tâche (associant le contrôle postural à une tache cognitive), ou encore l’effet de traitement de la spasticité (toxine botulique) sur le contrôle postural et la marche. Le pôle de MPR a pour objectif de mieux comprendre les mécanismes sous jacents au contrôle de la posture et du mouvement post-AVC mais aussi les effets sur ces mécanismes des thérapeutiques destinées à traiter la spasticité. L’approche en recherche fondamentale et clinique au sein de l’INT permettra de répondre aux nombreuses questions dans ce domaine avec pour but l’amélioration fonctionnelle des capacités de marche et d’équilibre des patients victimes d’un Accident Vasculaire Cérébral.

CNRS logo université Aix Marseille logo | plan du site | mentions légales | contact | admin | intranet | intcloud |